Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

36-POEMES SUR L'INDOCHINE.

Publié par DIVERS

UNE COROLLE SUR BÉATRICE.

Ils sont là, Paras, sanctifiés dans la fournaise,
Ceux de Saint Cyr, de Sidi bel Abbés, de Pau,
Ces soldats devenus gisants couverts de glaise,
Faisant front en refusant de courber le dos...

Mille corolles éclatent soudain dans un ciel rougi,
Puis s'étalent et fleurissent comme un champ au printemps,
Les vieux copains ont sauté, le Viet a bondi,
A Paris le Député va au Parlement...

C'est la boucherie, l'agonie, la fin des temps,
On se bat avec les mains, les morts font rempart,
Les balles trouent les chairs, se frayent un chemin sanglant,
L'Indochine toute entière prend deuil de son histoire...

Le silence s'est fait, terrible, oppressant, repu,
Comme une marée, les Jaunes ont envahi la piste,
Des Régiments entiers de Preux ont disparu,
Paras amoureux d'une fille nommée Béatrice...

Le vent en colère se lève et l'orage grondit,
Saint Michel de ses ailes recouvre d'une auréole,
Ceux qui, brevetés ou pas, sautèrent dans la nuit,
Pour l'honneur, la fidélité à une parole...

Bérets rouges, verts
, bleus, une corolle pour Béatrice,
Le lendemain, la France étonnée, endeuillée,
Par mille corolles de blanc linceul sur Béatrice,
Apprit qu'à Dien Bien Phu, ils s'étaient sacrifiés..

Lu par M CONTRERASSE au cours de l'Office religieux du 17 Mai 2015

à CHÂTEAU CHINON

POÈME SUR DIEN BIEN PHU

On les nomma Éliane, Huguette et Isabelle,
De doux prénoms de femme à l’étreinte mortelle,
A la rondeur trompeuse, où l’on crut caresser
Une peau de velours, où l’on se fit tuer.

Dans cet enfer de feu, Dieu envoya un ange,
Une frêle orchidée au milieu de la fange,
Pour habiller d’espoir les malades hagards,
Elle s’appelait Geneviève de Galard.

A la tombée du jour, l’horreur de la défaite,
Les hommes harassés, à la mine défaite,
Les copains qui sont morts et, pour eux, pas de tombes
Sinon les trous creusés par l’explosion des bombes.

La bataille est finie, une autre est en mouvance,
Et le train du malheur est toujours en par
tance.
Interdit d’espérer. Si l’on quitte l’Asie,
C’est pour aller, bientôt, crever en Algérie.

Marie-France MELLONE 2004

DIEN BIEN PHU

C'était un coin du monde, en Asie, loin de tout
Encadré de montagnes, hérissé de bambous
Au fond d'une cuvette, parsemée de collines
Et tout autour creusées de profondes ravines.

Pitons nus, baptisés Dominique, Isabelle,
Huguette, Anne-Marie, Éliane et Gabrielle
Et aussi Béatrice, noms de filles ou de femmes
Points d'appuis qui un jour furent couronnés de flammes.

Théâtre de batailles furieuses et sans pitié
Ou sont ensevelis des soldats sacrifiés
Vietnamiens francophiles, sapeurs et légionnaires
Fantassins, artilleurs et paras légendaires.

Combattants sans reproche, de par le sang versé
Pour l'honneur de la France et pour la liber

Cette terre étrangère, si lointaine pour vous
Cette vallée sanglante s'appelait "Dien Bien Phu"

Charles Jean VERWICHT.

Lu par M CONTRERASSE au Monument aux Morts le 17 Mai 2015

à CHÂTEAU CHINON