Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

9 MARS 1945, COUP DE FORCE JAPONAIS EN INDOCHINE.

Publié le par Michel BROCHERIOU

L'agression finale ne faisant pas, pour moi, le moindre doute, je voulais donc que nos troupes se battent, en dépit de ce que leur situation avait de désespéré."

Général de Gaulle, Mémoires de guerre.

 

C'est ce qu'ont fait les défenseurs de la citadelle de Lang-Son.

Extrait du livre de Georges Fleury "Mourir à Lang-Son" :

Après plus de quatre années d'occupation japonaise, soudain le 9 mars 1945 à 21h00, toutes les garnisons françaises sont attaquées. C’est à Lang-Son, au Tonkin, que les combats sont les plus acharnés.

Malgré des actes d'héroïsmes digne des combats de Camerone et Bazeilles les forts tombent un à un.

Le 11 mars au matin les survivants du fort Brière de l'Isle sont rassemblés. Un officier nippon au masque figé aperçoit soudain le canonnier Jules N'Guyen qui a voulu demeurer avec les Français. IL donne un ordre sec. Trois de ses hommes délient le Cochinchinois qui sert dans l'armée à titre de français. L'homme s'agrippe désespérément à un marsouin. Les coups pleuvent sur lui. Il ne lâche pas prise. Les japonais réussissent tout de même à l'éloigner en l'assommant presque. N'Guyen profite d'un relâchement bref de l'attention de ses gardiens pour revenir vers ses amis.

  • J'ai toujours vécu avec les Français, hurle-t-il d'une voix acide tandis que les Nippons le séparent une nouvelle fois des Européens, je veux mourir avec eux

L'homme rue, les Japonais n'insistent pas. Il rejoint le groupe des condamnés.

  • Tuez seulement les officiers ! Hurle le lieutenant Duronsoy. Les officiers seulement.

La supplique demeure sans réponse.

Des ordres claquent. Les culasses des armes font un bruit sec. Un tirailleur entonne La Marseillaise. Le chant martial est tout de suite repris par l'ensemble des condamnés. Surpris le capitaine nippon respecte le courage de l'ennemi vaincu. L'hymne s'achève. Les fusils mitrailleurs ouvrent le feu. Les suppliciés tombent. Certains meurent en hurlant : «Vive la France !».

Ayons une pensée pour tous ces hommes qui ont fait honneur à leur pays !

 

Commenter cet article